JOURNAL d’un SEUL JOUR : Présentation du projet

Résumé du projet

JOURNAL d’un SEUL JOUR, drame chorégraphique dans la ville en 24 heures

JOURNAL d’un SEUL JOUR est un spectacle-feuilleton, le carnet de rendez-vous de trois personnages avec la ville, en temps réel et grandeur nature dans la géographie urbaine…
Un homme, deux femmes, trois « je », naufragés dans le « nous » de la cité, ne se connaissent pas, vont se rencontrer. Les trajectoires de leur existence parcourent la ville et nous convoquent ici, là et là-bas : une gare, une rue, un centre commercial, un foyer d’hébergement d’urgence, un lieu de la nuit, un parc public, un lieu du bout du bout… Qui sont-ils ? Où seront-ils ?
En direct du jour ou de la nuit, chaque épisode fait le récit de leur incarnation en un lieu : leur cri dans l’espace public. S’élevant ici, ils questionnent le monde, livrent leur espérance d’émancipation. Ils révèlent notre présence.
Heure après heure, JOURNAL d’un SEUL JOUR cartographie trois destins singuliers dans le grand mouvement de la cité et enchâsse l’ensemble des épisodes dans un grand récit de 24 heures, celui de leur rencontre : un jour, un seul jour de leur vie, une vraie journée de la ville, une chorégraphie réalité à épisodes qui s’écrit par la danse, le texte, la musique et les réseaux numériques.

Télécharger le dossier artistique de JOURNAL d’un SEUL JOUR

Format & Principes

- JOURNAL d’un SEUL JOUR invite le spectateur à une aventure de 24 heures en plusieurs épisodes, de 19 heures à 19 heures. Chacun peut suivre l’ensemble des pièces, quelques-unes ou une seule. Chaque épisode, de 5 à 40 minutes, est un maillon de l’histoire tout en étant un récit en soi.

- Des épisodes sont annoncés dans une programmation, d’autres convoquent le public à des rendez-vous secrets par message téléphonique, via les réseaux sociaux, un journal… D’autres enfin sont des infiltrations clandestines dans la ville, sans préavis.

- Les séquences se déroulent dans des lieux choisis de la ville, emblèmes de ses urbanités multiples.

- Les épisodes induisent différentes relations du spectateur à la fiction et à l’espace : son rôle et son implication, son point de vue sur la scène, sa perception de la ville.

- JOURNAL d’un SEUL JOUR déploie une interface numérique dans son processus de création autant que dans sa forme finale spectaculaire : protocole d’embarquement du spectateur, augmentation du récit dramaturgique, activation d’une « communauté poétique » complice des processus. Les outils numériques irriguent la narration et viennent diffuser un faux-réel dans le quotidien de la ville en y disséminant des médias au fil des 24 heures.

- Le processus de création s’élabore en résidences co-construites avec les équipes partenaires. Il met en œuvre une « communauté poétique », groupe de citoyens, habitants chercheurs. Complices de la démarche de recherche, témoins ou expérimentateurs, ils accompagnent, collaborent au laboratoire artistique.

Teaser